Connexion
communautés / Enseigner avec la VMC

Se projeter dans un dispositif de VMC

Vous avez maintenant:
  • une bonne compréhension des principes de la VMC
  • un horizon d'applications possibles

Vous pensez que la VMC est compatible avec votre idéal pédagogique et envisagez un dispositif dans votre classe.
Faisons le point sur ce qu'il faudra prévoir pour une mise en oeuvre sereine.
Chaque point sera repris en détail dans les 5 compétences suivantes avec toutes les ressources nécessaires. 

Préparation

Créer une communauté
Vous devez créer une communauté avec un minimum de contenu pour que les élèves puissent l'investir.

Préparer le terrain
Informer les acteurs:
C'est toujours bien d'avertir les différents acteurs d'un projet particulier. La direction et les collègues. Peut-être seront-ils intéressés. Les parents qui pourront y voir un intérêt (de suivre l'évolution) ou des craintes à dissiper.
Choisir la technologie utilisée
Un appareil par élève ou un ordinateur en fond de classe. Tout est possible. Il faut simplement déterminer les usages qui seront fait par rapport à l'enseignement habituel

Démarrage

Structurer le dispositif
Engager les élèves dans le processus est le point le plus important! Ils n'ont pas l'habitude de travailler de cette manière. Le démarrage est crucial. Pour que la VMC fonctionne, les élèves doivent s'engager un minimum. Pas besoin que tous soient enthousiastes. L'influence du groupe fera son effet.
Les élèves doivent y voir un intérêt. Soignez l'introduction par une petite mise en scène, un scénario…
L'innovation nécessite un engagement de la part des élèves, une compréhension, un parti pris. […] l'enseignant « invente » avec les élèves (Saujat, 2011)

Pour ma part, je fais parfois une petite activité en amont pour les faire réfléchir à un moyen de représenter les compétences de la classe. Parfois c'est simplement lors de l'inscription que j'appuie sur les avantages qu'ils en tireront. J'en donne trois tirés des besoins psychologiques fondamentaux (Deci-Ryan):
  1. (autonomie) Travailler moins : éviter de faire certains exercices inutiles pour se concentrer sur les compétences à acquérir ou d'autres activités. Avoir le choix.
  2. (sentiment efficacité personnelle) Faire de meilleures notes : être moins stressé, car sûr d'avoir préparé les bons outils.
  3. (appartenir à une communauté) Être reconnu (populaire) et utile à ses camarades ou trouver l'aide nécessaire

Donner des règles claires
Les règles de comportements en classe, mais aussi virtuels sont à clarifier (charte).
L'autonomie ne se déclare pas, elle s'apprend. Des guides sont indispensables, on y reviendra.

Inscrire les élèves
L'inscription des élèves n'est pas anodine. Il faut prévoir un temps pour qu'ils s'inscrivent et se familiarisent. Personnellement, je le fais en classe. Mais c'est aussi possible qu'ils le fassent à la maison.

Mise en oeuvre

Piloter le projet
En choisissant votre idéal, vous avez délimité les possibles. Je vous propose plusieurs niveaux d'implication dont vous pouvez vous inspirer:
  1. Aide à l’apprentissage
    Sqily est là pour proposer des ressources.
  2. Travail collaboratif
    Les élèves passent le brevet de l'enseignant
  3. Enseignement mutuel
    Les élèves créent, corrigent et s’entraident autour des brevets
  4. Évaluation communautaire
    Les élèves s'autogèrent lors de périodes définies par l'enseignant
  5. Apprentissage collectif connecté
    Des aménagements physiques sont envisagés. On "casse" les murs. 

N'oubliez pas qu'il ne dépend pas que de vous. Restez ouvert et à l'écoute. Certains usages seront plébiscités, d'autres ignorés. C'est important de faire le point de temps à autre avec la classe pour redéfinir un cadre commun et les changements éventuels.

A ce propos, je reviens sur le concept de communauté vivante.
Pas besoin de créer tout le contenu, toutes les compétences à l'avance. C'est souvent même contreproductif, car les élèves vont se retrouver submergés.
Prévoyez quelques compétences ; suffisamment pour avoir de quoi avancer. Le reste viendra au fur et à mesure.
C'est donc un projet qui se construit ensemble. Si ça ne marche pas, ce n'est pas un échec où le maître s'oppose aux élèves, mais une recherche commune d'amélioration et de solutions

Changement de posture

Il peut être utile de prendre conscience que dans une certaine mesure, vous allez changer votre posture pédagogique qui peut être définie comme « la manifestation d’un état mental, façonné par nos croyances et orienté par nos intentions qui exerce une influence directrice et dynamique sur nos actions, leur donnant sens et justification » Lameul (2006). Il ne s'agit donc pas uniquement d'un style pédagogique en classe, mais de la conception même de votre rôle d'enseignant.

Il peut donc être utile de questionner votre posture actuelle et les implications d'un tel changement. D'ailleurs dans les compétences sur le changement vous aurez l'occasion d'anticiper certaines difficultés.


Frédéric Saujat, « 7. L’activité enseignante », in Bruno Maggi, Interpréter l'agir : un défi théorique, Presses Universitaires de France « Le Travail humain », 2011 (), p. 241-257.
Lameul, G. (2006). Posture professionnelle enseignante en question. Présenté à 8ème Biennale de l’éducation et de la formation. INRP.

4 tâches

  • Je suis conscient de changer ma posture pédagogique
  • Je comprends l'importance d'inclure les élèves dans ma logique
  • J'ai une idée de comment je veux utiliser la VMC
  • Je vois ce qui peut intéresser les élèves